-

Agrocarburants et Algocarburants quel avenir ?

Agrocarburants Image par David ROUMANET

Energie

Agrocarburants et Algocarburants quel avenir ?

Par la rédaction

Le 22/06/2020 et modifié le 02/02/2021

Carburant, chauffage ou électricité, une grande partie des besoins en énergie est comblée aujourd'hui grâce à la transformation des ressources fossiles. Néanmoins, la combustion de ces ressources augmente les émissions de GES dans l'atmosphère.

Pour réduire cet impact environnemental, des alternatives écologiques apparaissent, comme les agrocarburants et les algocarburants. Ces solutions présentent-elles un véritable intérêt pour l'environnement ?

Les agrocarburants et leurs avantages

Les agrocarburants sont une alternative aux carburants fossiles. Plusieurs générations d'agrocarburants existent. La première génération, aujourd'hui la plus répandue, est produite à partir de matières organiques végétales. La deuxième génération d'agrocarburants est issue de la transformation des déchets agricoles et la troisième utilise des algues et des micro-organismes.

Cette source d'énergie alternative a été en grande partie créée pour diminuer les émissions de carbone produites dans le secteur du transport, un enjeu majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les agrocarburants émettent moins de particules nocives, dont le soufre et les suies par rapport à la combustion de carburants fossiles.

Le cycle de carbone de certains agrocarburants est également considéré comme neutre, car le CO2 émis par leur combustion correspond à celui absorbé par la plante utilisée pour leur fabrication. 

Ces sources d'énergie permettent de limiter la consommation de carburants fossiles, préservant ainsi les réserves naturelles de la planète.

 

Les matières Premières qui rentrent dans la composition de l'Ethanol en France

Matières premières Ethanol

Une source d'énergie contribuant à la pollution et à l'insécurité alimentaire

Si les agrocarburants sont une solution intéressante en réponse aux émissions de CO2, leur impact sur l'environnement reste cependant assez faible. La production des agrocarburants de première génération entraîne malheureusement une augmentation des émissions de dioxyde de carbone en raison de la déforestation même si elle entraîne une baisse des rejets de GES du secteur du transport. 

Les matières premières nécessaires à leur production, comme le soja ou le tournesol, sont cultivées aux dépens des forêts, libérant par conséquent les gaz à effet de serre des puits de carbone.

Outre son impact sur l'écologie, la production d'agrocarburants de première génération a également des conséquences indirectes, mais non négligeables sur la sécurité alimentaire

Si les pays développés ne ressentent pas l'impact de cette production à grande échelle, les pays les plus pauvres où sont généralement cultivées ces matières premières en sont les principales victimes.

L'espace destiné à la culture étant limité, une partie importante des terrains agricoles est utilisée pour produire les végétaux dédiés à la fabrication des bioénergies pour répondre à la demande croissante au niveau mondial. 

Les stocks alimentaires diminuent alors au détriment des matières premières destinées à la production d'agrocarburants dans ces pays. Les prix des denrées destinées à l'alimentation humaine sont ainsi susceptibles de s'envoler, accroissant une insécurité alimentaire pour la population.

 

Quelles perspectives pour les algocarburants ?

Pour certains chercheurs, les microalgues seraient l'avenir des biocarburants permettant de limiter les émissions de carbone et l'exploitation de terres arabales. Les algocarburants pourront-ils remplacer totalement les carburants traditionnels ?

Leur taux de retour energétique est très faible

 

Algocarburant image par Chokniti Khongchum

 

Remplacer les énergies fossiles par un carburant à base d'algues vertes

Face à la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, il est urgent pour les gouvernements de trouver des solutions concrètes afin de contenir le réchauffement climatique. 

Si produire du carburant à partir de la biomasse est effectif depuis déjà plusieurs années, le concept d'algocarburant reste relativement récent. 

Cette nouvelle génération de biocarburants est obtenue à partir d'algues, des micro-organismes produisant des lipides par photosynthèse.

Cultivées en cuve, les microalgues permettent de limiter l'exploitation des terres arables nécessaires à la culture des matières premières des agrocarburants traditionnels. Elles ont également l’avantage de produire une quantité plus importante de carburant par rapport aux autres sources. 

Un hectare de culture d'algue produit jusqu'à 10 000 litres de carburant contre 6 000 litres pour une même superficie de palmiers à huile selon le pétrolier ExxonMobil.

Les émissions de CO2 lors de la combustion de l'algocarburant ne sont pas plus élevées que le carbone capté lors de la culture des algues, permettant ainsi de boucler le cycle du carbone et contenir le réchauffement climatique. En raison de son rendement important et son empreinte carbone quasi neutre, l'algocarburant est une bonne alternative aux carburants fossiles.

 

Une source d'énergie au cœur des débats

Même si l’utilisation des microalgues comme source d'énergie est une idée intéressante, il reste cependant de nombreux obstacles pour que ce biocarburant nouvelle génération puisse réellement avoir un impact positif sur l'environnement. 

Pour améliorer la productivité des algues, la culture doit se faire dans un milieu contrôlé, plus précisément dans un bassin ouvert ou un photobioréacteur paramétré pour assurer le bon développement des micro-organismes. 

Or, les technologies permettant d'extraire les algues du milieu aqueux et les transformer en huile se révèlent très gourmandes en énergie. Par conséquent, les algocarburants présentent encore des points à améliorer pour pouvoir concurrencer les carburants fossiles conventionnels.

 

Une opportunité pour la transition énergétique ?

Malgré un bilan environnemental peu satisfaisant, la piste des microalgues en remplacement des carburants fossiles est prometteuse. Suite aux recherches menées en France par l'Institut de biosciences et de biotechnologies, une enzyme capable de transformer les lipides en hydrocarbure par photosynthèse a récemment été découverte dans ces micro-organismes. 

La possibilité de synthétiser des hydrocarbures en introduisant cette photo-enzyme dans des organismes génétiquement modifiés pourrait accélérer le développement de la filière des biocarburants à base d'algues.

Tandis que le transport représente un tiers des émissions carbone en France, l'urgence climatique impose de trouver au plus vite des alternatives moins polluantes aux carburants fossiles. Pour que l'industrialisation des algocarburants puisse atteindre la maturité et concurrencer les carburants fossiles, il faudra cependant prendre en compte certains facteurs. 

Face au prix des matières premières, la mise en place de subventions pour compenser les surcoûts des biocarburants dans le commerce, permettrait à cette filière de s'imposer sur le marché. 

Au-delà des biocarburants à base de microalgues, chacun doit prendre conscience de son impact écologique pour réellement réduire le recours aux sources d'énergies fossiles.

 

Pourquoi développer des biocarburants ?

En mélangeant des biocarburants à des carburants traditionnels les états dépendants d’énergies fossiles cherchent à répondre à cinq problématiques :

  1. La réduction à la dépendance énergétique pétrolière
  2. L’anticipation de l’épuisement des réserves mondiales de pétrole
  3. La réduction des émissions de gaz à effet de serre
  4. Le développement d’un nouveau débouché dans l'agriculture
  5. Le développement d’une filière de valorisation des déchets

 

Quel avenir pour les biocarburants ?

Aujourd’hui, les biocarburants sont encore source de débats. L'Union Européenne s'est fixée pour objectif en 2008 de développer leur utilisation sur 10 % des véhicules. Bien que le ministère de la Transition écologique et solidaire certifie que l'utilisation d'agrocarburants de première génération participe à une diminution intéressante des émissions de GES, leur impact réel reste mitigé.

Le bilan environnemental lié à l'utilisation des agrocarburants dépend de nombreux facteurs. Les méthodes de production sont pointées du doigt, les matières premières sont souvent issues d'une culture intensive entraînant la pollution des sols

La région de production de cette source énergétique doit également être bien choisie, afin de limiter les impacts sur la sécurité alimentaire. Pour que la filière des agrocarburants puisse contribuer réellement à la réduction des émissions carbone et limiter l'impact de l'effet de serre, l'exploitation des ressources doit être gérée de manière raisonnable.

Et vous, que pensez-vous des biocarburants comme alternative aux carburants fossiles ?

Je partage l'article

3

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top