-

Des records de chaleur sur Terre en 2020

Records de chaleur - Image par Gerhard G.

Planète

Des records de chaleur sur Terre en 2020

Par la rédaction

Le 13/07/2020 et modifié le 21/10/2021

Malgré le confinement total ayant entraîné une baisse momentanée des émissions de gaz à effet de serre, les températures extérieures ne cessent d'augmenter. 

En 2020, les records de chaleur ont été battus avec des températures atteignant plus de 40°C en France et 54,4°C dans la vallée de la mort aux Etats-Unis.

Quelle est la température la plus chaude jamais enregistrée sur Terre ?

Les phénomènes entraînant des montées et descentes de températures existent depuis près de deux millions d'années. Cependant, la planète fait face à d'importantes hausses de températures au cours de ces dernières années. 

Le record du monde s'est élevé à 57,7°C selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Cette température enregistrée à El Azizia en Libye le 13 septembre 1922 bat le record établi par Furnace Creek aux États-Unis le 10 janvier 1913 qui s'élevait à 56,7°C.

 

À quels endroits la température est la plus élevée sur Terre ?

En moyenne, la température s'élève à 15°C sur l'ensemble du globe. Néanmoins, les températures varient selon les endroits où les mesures sont effectuées. Il faut prendre en compte la température de l'air et celle de la surface pour relever le niveau de chaleur moyen d'une région. 

Parmi les pays les plus chauds, la Libye tient la première place avec plus de 57°C enregistrés à El Azizia en 1922, suivi du parc naturel de la Vallée de la mort aux États-Unis qui enregistre en 1913 une température supérieure à 56°C. 

Quant à la température à Tirat Tzvi en Israël, elle s'est élevée à 53,7°C en 1940, faisant de cette région l'une des plus chaudes du globe.

 

Augmentation des températures à différents endroits du globe

Depuis l'époque préindustrielle, une hausse considérable des températures a pu être observée sur l'ensemble de la planète. Si le réchauffement est d'ordre global, les conséquences sont d’avantages visibles dans certaines régions du globe :

 

  • dans les pôles

Selon l'étude des données météorologiques collectées en Antarctique depuis près de 60, on peut constater une augmentation rapide des températures. 

Dans le pôle Sud, l'air de surface se réchauffe à une vitesse alarmante, enregistrant une hausse de 0,6°C par décennie depuis ces 30 dernières années. 

Le pôle Nord a quant à lui subi des températures positives à la fin du mois de décembre 2015 par rapport à la température moyenne de la période 1958-2002 qui était de -28°. 

Début 2020, la base antarctique Casey a fait face à des températures extrêmes, avec une température minimale atteignant 2,5°C et une température maximale de 9,2°C entre le 23 et 26 janvier.

 

  • en Sibérie

La Sibérie bat également des records de chaleur en enregistrant 38°C le 20 juin 2020 à Verkhoïansk, un résultat anormalement élevé par rapport aux moyennes de la saison. 

En effet, ce chiffre surpasse de 17°C les normales saisonnières, ayant pour conséquence l'augmentation des catastrophes dans la région.

 

  • sur toute la surface terrestre

Depuis les années 1950, les résultats des analyses menées par l'OMM ont pu démontrer une tendance, voire une accélération du réchauffement climatique. 

Alors que la Terre connaît une augmentation de 0,6°C de sa température moyenne, ces études montrent que les températures moyennes de la période 2015-2019 ont été les plus élevées depuis l'ère préindustrielle.

 

  • et même dans les profondeurs des océans

Même à plus de 1000 mètres de profondeur, les eaux des océans ne sont pas épargnées par les montées de température. Les études montrent qu'elles se réchauffent aussi vite que les eaux de surface, soit de deux à quatre fois plus rapidement entre 1955 et 2005 selon l'étude menée par l'université d'Hokkaido au Japon et celle du Queensland en Australie. 

Le réchauffement des océans est actuellement 13 % plus élevé que prévu et pourrait même se poursuivre dans le futur, menaçant par conséquent la biodiversité qu'ils abritent.

 

Pourquoi de tels records de chaleur ?

Le réchauffement climatique joue un rôle dans le dérèglement des températures de certaines régions, dont la Sibérie, qui a connu des pics de chaleur inquiétants au cours de l'année 2020. 

Cette augmentation s'explique par une conjonction entre le réchauffement climatique global, aggravé par les émissions de gaz à effet de serre des activités humaines et le confinement naturel du vortex polaire. 

l’année 2020 se présente comme la deuxième année la plus chaude depuis les années 1800. Selon le bulletin du Service Copernicus, le réchauffement global enregistré en 2020 est de 1,4 degré par rapport à l’ère préindustrielle. 

Les températures du mois de janvier 2020 ont dépassé celles des autres années relevées durant la même période, soit 0,03°C de plus que le précédent record.

Avec les résultats alarmants obtenus au cours de cette année, il est plus que jamais vital d'agir pour limiter l’élévation des températures. 

 

Réchauffement climatique - si nous ne changeons rien - Illustration Julie Blanc

 

Septembre 2020 : un nouveau record de températures

D’après le service européen Copernicus sur le réchauffement climatique, septembre 2020 a affiché des températures jamais enregistrées dans le monde. L'année 2020 pourrait également devenir la plus chaude en battant le record de 2016 selon le service européen.

Des records de températures battus malgrè le phénomène ''La Niña '' qui est supposé refroidir les températures mondiales.

 

Une dynamique à la hausse

Ce nouveau record de température s'inscrit dans la continuité des hausses de températures globales. En raison de la pollution de l'atmosphère, la dernière décennie a été marquée par des records de températures se succédant les uns aux autres et force est de constater que 2020 n'inversera pas cette tendance. 

L'année 2020 est devenue l'année la plus chaude à 1/10ème de degrès près derrière 2016. Les observations de Copernicus portent à croire que les neuf premiers mois de l'année 2020 et 2016 présentent des anomalies similaires.

 

Des régions plus affectées que d'autres

Particulièrement touchée, l'Europe a connu une température d'environ 0,2°C de plus que sur la même période de 2018, qui détenait déjà le précédent record pour cette région. Mais c'est dans l'Arctique sibérien que les effets de ce réchauffement sont les plus apparents. 

Avec la fonte des glaces en Arctique, la banquise a atteint cette année sa plus petite taille jamais enregistrée après 2012. Cette région a vu des températures grimper de façon anormale, notamment un record de 38°C atteint en juin à Verkhoïansk, soit 10 à 12 degrés au-dessus de la norme.

L'Amérique du Nord fait également partie des régions particulièrement touchées. La température en Californie a notamment atteint 49°C au début du mois de septembre, provoquant des incendies de forêts de très grande ampleur.

 

Hiver et automne 2020 : le mercure à son plus haut niveau en Europe

Des records de chaleur en Europe durant la période automne-hiver 2020 sont également notés par le quatrième rapport annuel du Service Copernicus

Les températures moyennes ont gagné 3,4°C par rapport à la période comprise en 1981 et 2010. 

Les régions du Nord de l’Europe de l’Est ont particulièrement été touchées. 

Selon les observations du Service Copernicus, ces records apparaissent en raison d’une concentration toujours croissante de GES dans l’atmosphère. 

En 2020, d’après les mesures de Copernicus, le taux de méthane est en progression de 0,8 % et celui du CO2 de 0,6 %. Pour ces 2 gaz, les concentrations dans l’atmosphère ont connu leur moyenne la plus élevée depuis la mise en service du satellite Copernicus en 2003.

 

Des perspectives inquiétantes pour l'accord de Paris

L'accord de Paris avait pourtant fixé un plafond de 1,5°C de hausse à ne pas dépasser afin de prévenir l'apparition et la répétition de phénomènes désastreux comme les cyclones, les sécheresses et les incendies. 

Dans son rapport, le service européen explique pourtant que l'année 2020 présente un écart de +1,28°C, ce qui est dangereusement proche du plafond fixé. La tendance qui est clairement à la hausse a toutes les chances de compromettre les objectifs de l'accord sur le climat.

2016 et 2020 ont été les années les plus chaudes (alors même que la crise sanitaire mondiale des derniers mois de 2020 à considérablement réduit les émissions de gaz à effet de serre).

 

Réagissez  : quels sont vos conseils pour contenir le réchauffement climatique ?

Je partage l'article

7

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Réchauffement climatique Photo d' Andy Watkins sur Unsplash

Pourquoi sommes-nous tous concernés par le réchauffement climatique ?

Climato-scepticisme Photo de Fabian Struwe sur Unsplash

Que répondre aux climato-sceptiques ?

Illustration conférence Climat Photo de Siavosh Hosseini sur Unsplash

Historique de la protection du climat et des négociations climatiques internationales

Image par Pete Linforth

Les réactions en chaîne qui amplifient l’effet de serre et contribuent à l’emballement des températures !

Image par enriquelopezgarre

Réchauffement climatique : définition, causes et conséquences

Gaz à effet de serre Image par LQD-Denver

Effet de serre : Définition, Gaz, Causes et Conséquences

Canicule - Image par Free-Photos

Canicule et changement climatique : quels liens ?

Dome de chaleur canada - Image par janeb13

Records de température au Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top