-

Evolution du nombre d'insectes en Europe

Extinction insectes - Image par Ron van den Berg

Planète

Evolution du nombre d'insectes en Europe

Par la rédaction

Le 20/07/2020 et modifié le 03/12/2020

Des phénomènes peu perceptibles par l'Homme se déroulent dans la nature depuis quelques décennies, plus précisément dans les écosystèmes des insectes

Ces invertébrés, mesurant selon leurs espèces de moins d'une moitié de millimètre à quelques centimètres, sont en train de vivre une véritable extinction de masse

Les insectes connaissent en effet un déclin spectaculaire et il y a de quoi s'alarmer, car une grande partie de ces petits animaux arthropodes rend des services irremplaçables à la planète.

La disparition des insectes

Différentes études se succèdent et annoncent des résultats équivalents : toutes s'accordent à conclure que les populations d'insectes connaissent une disparition de masse.

En France, le département des statistiques du ministère de la Transition écologique révélait il y a quelques semaines les résultats d'une évaluation réalisée sur une quarantaine d'espèces d'insectes opérée entre les années 2013 et 2018. Plus de 100 évaluations complètes ont été effectuées dans le cadre de l'étude et plus de la moitié, soit 56 % d'entre elles, fait état d'un état de conservation défavorable. Uniquement 35 % des observations concluent à un état favorable de la conservation et 11 % à un état inconnu.

Les conclusions de cette étude réalisée en France se rejoignent d'ailleurs avec une autre réalisée en Allemagne sur une période longue de près de 30 ans entamée depuis 1989. Outre-Rhin, les scientifiques ont observé les insectes ailés vivants dans 63 réserves naturelles. Pour en connaître davantage sur leur évolution, ces chercheurs ont étudié la biomasse de ces insectes en pesant la masse totale qu'ils occupent dans un écosystème. Les résultats sont alors préoccupants, puisque les mesures effectuées annoncent que la biomasse des insectes diminue de 76 % en moyenne et cette disparition s'étend même à 82 % au milieu des périodes estivales

Ces conclusions dévoilées dans la revue scientifique Plos One signifient que les populations d'insectes ailés connaissent un rapide déclin, le nombre de ces invertébrés s'étant donc nettement réduit depuis 30 ans. 

Les entomologistes à l'origine de cette étude suspectent même que cette situation des insectes en Allemagne serait caractéristique de celle qui prévaut en Europe et sur une grande partie du globe.

Plus récemment, la revue Biological Conservation détaille les conclusions d'une étude effectuée par une équipe des universités australiennes du Queensland et de Sydney. Ces scientifiques ont compilé un ensemble de 73 études sur des espèces d'insectes présents en Europe et en Amérique du Nord. Leur bilan est alarmant, car il annonce que la proportion d'insectes en déclin est élevée, 41 %, soit deux fois plus que celle des vertébrés. Ce déclin des insectes connaît par ailleurs un rythme d'extinction huit fois plus rapide par rapport à celui des autres animaux. 

Le tiers des espèces actuelles d'insectes est donc menacé d'extinction aujourd'hui, et cette proportion s'étend de + 1 % chaque année. 

Dans un siècle, si le rythme actuel est soutenu, il n'y aura plus d'insecte sur la planète préviennent les scientifiques.

 

Les noms des insectes

Même s'ils sont d'une taille minuscule par rapport aux hommes et comparés à une grande partie des animaux, les insectes constituent une grande part de la biodiversité de la planète. Selon l'Office pour les insectes et leur environnement, ce sont les animaux les plus nombreux de la planète, 3 animaux sur 4 sur Terre sont des insectes. Certaines études scientifiques annoncent qu'ils représentent 55 % de la biodiversité des espèces.

S'il est possible qu'il existe entre 5 et 80 millions d'espèces d'insectes sur la planète, seulement autour d'un million sont décrites à l'heure actuelle. Pour étudier et identifier les insectes, les scientifiques ont mis en place plus de trente groupes en fonction de diverses caractéristiques comme leurs ailes, leurs pattes, la forme de leur corps ou leurs pièces buccales.

Les 5 plus grands ordres d'insectes sont les hyménoptères, les hémiptères, les diptères, les lépidoptères et les coléoptères

Ces ordres représentent environ 80 % des insectes décrits, comme :

- Les lucioles, les scarabées ou les coccinelles, de l'ordre des coléoptères.

- Les moustiques et les mouches, de l'ordre des diptères.

- Les cigales, de l'ordre des hémiptères.

- Les fourmis, les abeilles et les guêpes, de l'ordre des hyménoptères.

- Les papillons, de l'ordre des lépidoptères.

 

Pourquoi les insectes disparaissent-ils ?

Les insectes seraient présents sur Terre depuis plus de 400 millions d'années. Ces invertébrés se sont intelligemment adaptés à la vie terrestre, en développant au fil du temps diverses caractéristiques, comme l'apparition d'espèces amphibies et d'autres, pourvues d'ailes. 

Plus de 400 millions d’années d'évolution biologique connaissent ainsi un déclin en raison de la forte pression humaine exercée sur l'environnement

Plusieurs facteurs sont à l'origine de la diminution rapide et importante des populations d'insectes, et tous sont directement ou indirectement liés aux actions anthropiques (dues à l’Homme).

 

Les causes de la disparition des insectes

Les systèmes d'intensification de l'agriculture tiennent une grande part de responsabilité dans la diminution des populations des insectes. 

Dans les années 1990, les agriculteurs ont commencé à utiliser divers intrants, et principalement ceux à base de néonicotinoïdes, en Europe et en Amérique du Nord. L'efficacité de ces insecticides est telle que les répercussions peuvent être irréversibles en exterminant des espèces entières d'invertébrés.

L'extension des zones d'agriculture est également une autre raison de la réduction des espèces d'insectes. Pour produire davantage et alimenter une population humaine de plus en plus importante, les surfaces agricoles sont élargies et s'approprient des régions de plus en plus étendues. 

L'habitat naturel des insectes est ainsi détruit, accélérant la disparition de nombreuses espèces. Cette destruction de l'habitat des insectes est également une conséquence de l'extension des zones urbaines et du développement des systèmes routiers.

Lorsque les habitats des insectes sont détruits, les espèces dont le pouvoir de dispersion est faible connaissent davantage de difficultés pour se reproduire. Les possibilités de renouvellement de génération deviennent alors réduites, accélérant leur disparition. 

Le changement climatique précipite davantage cette extermination des espèces d'insectes, car il leur est de moins en moins possible d'émigrer vers une nouvelle aire de répartition.

 

Conséquences de la disparition des insectes

Une diminution des insectes, conduisant à leur disparition, entraînerait des conséquences dévastatrices pour la planète. Même si les préoccupations de l'Homme sont éloignées des insectes dans sa vie quotidienne, étant mobilisé pour son alimentation, son travail, sa famille, etc., ces invertébrés rendent des services capitaux et uniques, utiles au bon fonctionnement de la planète. Si une disparition des insectes survient, l'essentiel de ces services serait interrompu, entraînant des effets problématiques à la fois pour l'Homme et l'environnement :

 

- Fin de la pollinisation.

L'écosystème des végétaux sera affecté d'une manière importante en cas de disparition des insectes. Environ 80 % des plantes à fleurs et près de 75 % des espèces végétales assurant la sécurité alimentaire humaine requièrent l'action des insectes pour leur développement

Grâce à la pollinisation, environ 90 % des plantes sauvages peuvent également croître de manière naturelle. Les conséquences directes d'une extinction des insectes sont ainsi une perturbation des végétaux, à la fois sauvages, et même ceux destinés à la consommation ou à la fabrication des médicaments. Excellentes sources de protéines, certains fruits et légumes, seraient alors moins présents dans l'alimentation humaine, car bien plus difficiles à produire sans pollinisation.

 

- Arrêt du recyclage organique.

Moins estimé, car peut-être moins connu par l'Homme, le recyclage organique est également l'un des précieux services écologiques rendus par les insectes. Les invertébrés sont en effet des garants de la qualité des sols et de leur fertilité

Sans l'intervention naturelle et bienveillante des insectes, l'ensemble des matières organiques s'amoncellerait pour former des tas néfastes pour l'environnement et la santé. 

Les insectes interviennent en effet dans la dégradation des matières organiques. Des feuilles mortes aux cadavres, leurs actions détériorent les matières pour libérer des nutriments essentiels pour la fertilité des sols et la croissance des plantes.

 

- Fin de la régulation des insectes nuisibles.

Les connaissances scientifiques permettent à l'Homme de réguler la présence des insectes nuisibles dans les cultures. En introduisant volontairement des espèces d'invertébrés prédateurs sur leurs champs, les agriculteurs ont la possibilité de parer à l'envahissement des insectes nuisibles, garantissant ainsi la réussite des cultures

En Afrique, la guêpe Epidinocarsis lopezi est ainsi une riposte adaptée à la prolifération du papillon Chilo Partellus, insecte détruisant les plantations de manioc.


 

Des effets sur l'évolution de la faune sauvage en Europe et dans le monde ?

La biodiversité repose sur le fonctionnement bien particulier des écosystèmes. Sur Terre, une infinité de milieux accueillent un ensemble d'espèces vivantes dont le développement est maintenu grâce à leurs nombreuses interactions entre elles. Une chaîne alimentaire cyclique se perpétue ainsi et chaque espèce joue un rôle capital pour le bon développement des autres

Comme l'ensemble des êtres vivants constituant l'écosystème, les insectes sont un maillon indispensable de cette chaîne, et en cas d'extinction, l'ensemble de la biodiversité serait gravement perturbé et déséquilibré, menant à une cascade d'effondrements.

Les insectes sont en effet à la base de l'alimentation de nombreuses autres espèces animales. Le régime alimentaire de nombreux oiseaux, mammifères et amphibiens repose sur ces invertébrés. Si les populations d'insectes venaient à disparaître définitivement, les conséquences sur ces espèces pourraient être dévastatrices. 

Ces dernières années, la disparition des oiseaux est par exemple un phénomène maintes fois pointé du doigt par les scientifiques. En Europe, plus de 420 millions d'oiseaux se sont ainsi évaporés au cours des 30 dernières années. 

Schéma Disparition des oiseaux - Julie Blanc Infographie

En Amérique du Nord, les observations évoquent de leur côté la disparition de 3 milliards de volatiles. Même si la diminution des populations des insectes n’est pas une cause directe de la disparition des oiseaux, elle fait certainement partie des facteurs liés à ce phénomène.

La conservation des insectes est ainsi une priorité lorsque l'objectif est de préserver la biodiversité. Les pistes sont nombreuses à cet effet, à l'instar de l'abandon des pratiques agricoles néfastes pour les insectes. 

De manière individuelle, chacun peut intervenir à travers des actions simples et accessibles à tous afin de perpétuer les populations d'insectes. 

Cultiver un potager ou entretenir un jardin sans l'usage de pesticide permet par exemple de conserver un habitat propice aux insectes. 

La pratique de la permaculture ou l'installation d'une ruche sont également d'autres alternatives ouvertes à tous afin de préserver les insectes de l’extinction.

 

Réagissez : quelles solutions préconisez-vous pour enrayer l’extinction des insectes ?

Je partage l'article

5

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire(s)

1011-art

29-11-2020

Petite participation artistique à votre article : j'ai réalisé une nouvelle série de dessins aux crayons de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html Mais aussi, en lien direct, une réflexion sur l'utilisation des produits phytosanitaires : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html
icon arrow-top