-

Démographie et consommation de viande : péril pour la biodiversité

démographie + Conso viande = perte biodiversité - Image par Michael Drummond

Alimentation

Démographie et consommation de viande : péril pour la biodiversité

Par la rédaction

Le 21/07/2020 et modifié le 20/01/2022

Alors que la faim dans le monde est loin d'être éradiquée, la consommation humaine de viande est l'une des causes de la perte massive de la biodiversité. Pour nourrir les milliards de personnes habitants sur Terre, plusieurs dizaines de milliards de poissons, de poulets et autres bêtes comestibles sont tués afin d'en exploiter la viande.

L'Humanité anéantit ainsi à une vitesse vertigineuse les animaux et la nature qui l'entoure. Le temps est venu de changer de paradigme en choisissant la sobriété grâce à une réduction de la consommation de viande.

L’élevage du bétail monopolise 70% des surfaces agricoles mondiales (source FAO)

Plus d'habitants sur la planète équivalent à davantage de personnes à nourrir. L'alimentation humaine étant basée sur les ressources que lui procure la nature, la pression et l'extraction que l'Homme exerce sur les écosystèmes prennent davantage d'ampleur. 

Alors que la sous-alimentation est encore présente à l'échelle de la planète, l'accélération de l'augmentation de la population amène l'Homme à éliminer toujours plus d'animaux pour se nourrir. . La biodiversité est ainsi directement prise à défaut, au vu des milliards de bêtes massacrées chaque année pour leur viande.

image mammifere vertebre histoire

 

Combien d'animaux abattus pour les besoins de l'alimentation ?

La biodiversité représente les innombrables milieux existants sur la planète ainsi que les liens complexes et les interactions entre les espèces qui y vivent, animales, végétales ou micro organiques. 

En raison de sa consommation toujours croissante de viande, l'Homme est devenu aujourd'hui une menace pour la biodiversité. 

Pour les besoins de l'élevage, des forêts sont rasées et des zones naturelles transformées, détruisant les écosystèmes naturels et accélérant la perte de la biodiversité.

 

image part mammifere biomasse

L'accaparement de terres destinées à l'élevage n'est cependant pas l'unique danger grandissant qui menace la biodiversité. L'abattage d'animaux est devenu une pratique tellement courante que la grande partie des hommes s'est adaptée sans regret à ce massacre concernant chaque jour des millions de bêtes pour en tirer la viande. 

Les statistiques divulguées par la FAO sur la question il y a quelques années donnent une idée de l'ampleur de cette gigantesque boucherie. 

 

image animaux tués par homme par an

Tous les ans, les humains tuent :

  • 61,1 milliards de poulets, soit plus de 165 millions chaque jour.
  •  2,9 milliards de canards, soit plus de 5 millions chaque jour.
  •  1,5 milliard de cochons, soit plus de 4 millions chaque jour.
  •  1,3 milliard de dindes et d'oies, soit plus de 3,5 millions par jour.
  •  1,2 milliard de lapins, soit plus de 3 millions chaque jour.
  •  975 millions de moutons et de chèvres, soit plus de 2 millions chaque jour.
  •  300 millions de bovins, soit plus de 800 000 chaque jour.

Ces données de l'Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture précisent qu'environ 72 milliards d'animaux terrestres sont mis à mort chaque année, en grande partie pour les besoins de la consommation humaine, mais également en cas de maladie. 

Chaque jour, environ 200 millions de bêtes perdent ainsi la vie, alors qu'environ 1 homme sur 7 est toujours sous-alimenté et que la démographie mondiale est en croissance.

 

De moins en moins de poissons dans les océans, quid de la biodiversité ?

Les dégâts sur la biodiversité au niveau des océans sont l'un des effets les plus dramatiques, lorsqu'il faut faire un constat sur le nombre d'animaux capturés et tués. Les mers, qui constituent un écosystème indispensable au maintien de l'équilibre naturel de la planète sont vidées de leurs poissons d'après les nombreuses études réalisées au cours des dernières années. Celle divulguée par la revue scientifique américaine PNAS ou Proceedings of the National Academy of Sciences donne une idée de l'ampleur du désastre.

Grâce à la compilation de données issues de plusieurs pays, l'université de Tasmanie indique dans la publication du PNAS que la flotte mondiale de bateaux de pêche est passée de 1,7 million en 1950 à 3,7 millions en 2015. La hausse du nombre de bateaux de pêche influe néanmoins sur la productivité, car les captures sont divisées par 5 pour chacun par rapport aux périodes précédentes. 

Pour avoir une idée du nombre de poissons que représentent ces captures annuelles annoncées par la FAO, l'organisation britannique Fishcount sensibilisant sur les problématiques du bien-être des poissons a effectué ses estimations. Chaque année, toutes espèces confondues, les océans sont dépeuplés de poissons à raison de prises estimées entre 970 et 2 740 milliards d'individus. Ces statistiques n'incluent pas les poissons morts après s'être échappés des filets, ceux issus de prises illégales ainsi que ceux capturés pour servir de nourriture dans les élevages piscicoles.

La consommation de viande est ainsi à l'origine d'une exploitation massive des richesses naturelles que constituent les animaux. Ses effets sur les écosystèmes marins sont considérables, compte tenu des milliards de poissons qui disparaissent chaque année. 

L'élevage d'animaux destinés à la consommation humaine est également à la source d'une transformation des écosystèmes, accaparant des terres et détruisant la biodiversité

 

Viandes lait destruction forets

 

Même si la démographie mondiale est en constante augmentation, et qu'une partie de la population de la planète est sous-alimentée, chacun a la possibilité d'agir individuellement afin d'enrayer cette menace planant sur la biodiversité. 

En modifiant ses habitudes alimentaires grâce à une consommation raisonnable de viande, l'Homme pourrait mettre un frein au massacre de ces milliards d'animaux et ralentir le déclin des écosystèmes.

 

Une population mondiale en croissance rapide et continue

La croissance du nombre d’habitants sur la planète s’accélère. Entre le début du XIXe siècle, période pendant laquelle le nombre de Terriens a dépassé pour la première fois le milliard, et aujourd’hui où presque 8 milliards de personnes vivent sur la planète, il ne s'est écoulé que 200 ans environ. 

 

image Augmentation population mondiale

 

Cette croissance de la population mondiale est étonnante en raison de sa rapidité, car certaines données indiquent qu'il aurait fallu presque 4 000 ans pour que la population mondiale passe de 10 millions, en - 10 000 avant l'ère actuelle, au milliard vers 1800.

La sous-alimentation est cependant l'un des revers de cette augmentation rapide de la population mondiale. Dans de nombreuses régions de la planète, les conditions économiques, agricoles ou climatiques sont encore difficiles afin que les habitants profitent d'un accès pérenne à une alimentation de qualité. Si la sous-alimentation est une conséquence dramatique de la croissance rapide de la démographie mondiale, d'autres effets négatifs tout aussi importants sont également d'actualité.


La famine, un phénomène toujours d'actualité au XXIe siècle

Le monde a beau évoluer avec l'apparition de nouvelles technologies en progression constante et d'innovations toujours plus impressionnantes, les êtres humains souffrant d'une sous-alimentation chronique sont toujours dénombrés en centaines de millions. Les chiffres évoqués dans le rapport annuel de l'Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture donnent des précisions à ce sujet.

En 2019, la FAO estime que 690 millions de personnes sont sous-alimentés. Pire encore, une tendance à la hausse est même en cours, car 83 à 132 millions de personnes devraient se joindre à ces millions d'êtres humains insuffisamment nourris en 2020. 

Environ 800 millions d'hommes, de femmes et d'enfants seraient donc concernés par la faim, de quoi laisser songeur sur la réussite de l'un des objectifs du développement durable : éradiquer la famine dans le monde en 2030.

Je partage l'article

6

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top