-

L'ONU alerte sur l'augmentation galopante des déchets électroniques

augmentation déchet électronique -  Image par Joshua Robins

Déchets

L'ONU alerte sur l'augmentation galopante des déchets électroniques

Par la rédaction

Le 26/07/2020 et modifié le 21/01/2022

Le monde n'a jamais produit autant de déchets électroniques qu'en 2019. Le dernier rapport de l'ONU fait état de 53 millions de tonnes de débris, dont des composants potentiellement nocifs pour l'homme. 

L'Organisation en appelle à une prise de conscience globale des gouvernements et des peuples afin d'endiguer ce phénomène.

Les ordures d'origine électronique atteignent un niveau record

 Le rapport annuel de l'ONU sur les déchets électroniques est publié en juillet. Le document met en lumière un bien triste record : le monde a jeté 53 millions de tonnes de débris électroniques – du jamais vu – en 2019. Cela représente un bond de 20 % en cinq ans, un rythme qui devrait s'accentuer dans les prochaines années. 

Dans les faits, la production de déchets électroniques a progressé de 13 % de plus que le PIB et trois fois plus vite que la population durant ces cinq dernières années

L'organisation s'attend à ce que la barre des 74 millions de tonnes soit franchie dès 2030, soit le double des volumes observés en 2014.

 

image pollution dechet electronique

 

Des lacunes évidentes dans le traitement des déchets électroniques

 Ce fléau intrinsèquement lié à la consommation en masse de produits high-tech et la généralisation de l'obsolescence programmée des appareils électroniques inquiète l'ONU. 

Le compte-rendu note l'absence ou le manque de mesures de tri et de traitement des déchets, avant qu'ils soient brûlés ou déversés et polluent eau, air et terre.

 

Pollution des eaux dans le monde image

Seulement 17 % de ce total, soit 9 millions de tonnes, ont rejoint une filière de recyclage avant d'être détruits. Le reste a été jeté tout simplement, sans considération aucune des substances dangereuses ou rares qui s'y trouvent. 

Ainsi, ce sont pas moins de 50 milliards d'euros d'or, de platine, de cuivre et autres métaux rares qui sont mis à la poubelle. 

L'ONU déplore aussi la présence de composants nocifs dans ces ordures ménagères, surtout du mercure, à raison de 50 tonnes, et du plomb.

 Les pays d'Asie contribuent à hauteur de 25 millions de tonnes dans ces déchets, suivis de l'Amérique du Nord, 13 millions de tonnes et de l'Europe. L'Afrique et l'Océanie ont produit « seulement » 2,9 et 0,7 millions de tonnes d'ordures électroniques. 

Rapportée au nombre de consommateurs par continent, l'Europe arrive en tête des plus grands producteurs de déchets, avec 16 kg par personne, talonnée de près par l'Océanie. 

L'Amérique et ses 13 kg par habitant complètent le podium.

 

Responsabiliser les producteurs

Limiter l’augmentation des DEEE (Déchets d’équipements électroniques et électriques) est une véritable urgence mondiale. Selon les dernières projections du WEE Forum, le monde devrait produire 57,4 millions de tonnes de ces déchets en 2021. 

Les experts estiment que la production mondiale de DEEE croît de 3 à 4 % chaque année. 

Cette croissance inconsidérée résulte d’une demande toujours plus élevée en matériels high-tech et d’un raccourcissement quasi systématique des cycles de vie de ces produits. 

On peut aussi critiquer les pratiques peu éthiques des fabricants, qui limitent volontairement les options de réparation.

Pendant longtemps, Apple remplissait toutes ces cases avec ses appareils « de courte durée », sa volonté d’imposer une culture du jetable et, surtout, son programme de réparation indépendant, difficile d’accès à tous ses clients. 

image reduisons nos dechets

La marque à la pomme a fait un effort considérable sur ce dernier point. Elle vient d’officialiser le lancement du Self-Service Repair. Ce programme permet aux utilisateurs de réparer eux-mêmes leur iPhone, en commandant des outils et des pièces de rechange auprès des fournisseurs partenaires de la marque.

 

Une nécessaire évolution réglementaire

Pour faire face au « tsunami de déchets électroniques » évoqué par le Programme des Nations Unies pour l’environnement en 2015, les États imposent de nouvelles règles aux équipementiers. La France est pionnière dans ce domaine, grâce à son Indice de Réparabilité

Ce dispositif affiche une note sur 10 à chaque produit électroménager et électronique en fonction de plusieurs critères, comme la disponibilité des pièces de rechange, la qualité du manuel de réparation, la démontabilité de l’équipement et le prix des pièces détachées.

Depuis janvier 2021, les tondeuses à gazon électriques, les téléviseurs, les ordinateurs portables, les smartphones et les lave-linges à hublot sont concernés par cette mesure. 

Cet indice constitue une des dispositions phares de la loi AGEC (anti-gaspillage pour une économie circulaire). 

Pour compléter le dispositif, l’indice de durabilité, un autre score plus complet, sera mis en place à partir de 2024. 

Avec ces systèmes de notation, la France veut orienter les consommateurs vers les appareils produits selon un modèle durable et moins destructeur pour l’environnement.  

 

L'ONU sensibilise les producteurs et les gouvernements

 Le sous-secrétaire général de l'ONU, David Malone, alerte l'opinion sur la gravité de cette surproduction d'ordures solides d'origine électronique. 

Ces détritus sont responsables de 98 millions de tonnes d'émission de gaz à effet de serre en 2019

Une gestion responsable et durable de ces e-déchets soulagerait, du moins en partie, la pression très forte exercée sur la santé humaine et sur l'environnement. 

David Malone en appelle alors à une prise de conscience des producteurs, des consommateurs et des sociétés de recyclage, qui doivent tous faire des efforts en faveur d'un traitement plus écologique des équipements électroniques.

 Les initiatives responsables, comme celle de l'Institut supérieur coréen de science et de technologie, sont vivement encouragées. La KAIST affirme avoir développé un procédé novateur d'extraction de l'or dans les déchets EEE. 

Sa trouvaille repose sur un polymère baptisé COP-180, lequel serait capable d'absorber de grandes quantités d'atomes d'or et d'autres métaux. 

L'institut coréen parle d'un taux de capture de l'or allant de 94 à 99 % en une demi-heure seulement. Le polymère COP-180 serait d'ailleurs peu coûteux - 4,41 €/g -, pour une capacité de capture de 56,5 € en or. 

Utilisé à grande échelle, ce procédé pourrait réduire l'exploitation des métaux rares et de l'or, grâce à une plus grande valorisation des composants recyclés.

Je partage l'article

7

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

recyclage voiture électrique

Recyclage des voitures électriques, que deviennent les matériaux et terres rares ?

Image de temps déchets nature par adege

Temps de décomposition des déchets dans la nature

Développement durable image de STUX

Développement durable : définition, enjeux et objectifs

Consommation responsable image par Tumisu

Les enjeux de la consommation responsable !

Reparer pourquoi image par Wilfried Pohnke

Réparer ses appareils : un acte écologique !

Tri dechets Image par Vlad Vasnetsov

Tri des déchets : distinguer recyclable, compostable et biodégradable

Zero dechet - Image par OpenIcons

Zéro Déchet

dechets importes - Image par dokumol

Les déchets importés, problématique des pays en développement

tri dechets

Tri des déchets dans les espaces publics : La Rochelle en test

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top