-

Isolant : laine de lin, de chanvre, de mouton ou coton recyclé ?

Laine de mouton, lin ou conton recyclé - Image par Rudy and Peter Skitterians

Habitat

Isolant : laine de lin, de chanvre, de mouton ou coton recyclé ?

Par la rédaction

Le 30/09/2020 et modifié le 18/10/2021

Découvrez quel isolant naturel choisir entre la laine de lin, de chanvre, de mouton ou le coton recyclé ?

Isolant laine de lin

Présentée comme un isolant naturel et bio, la laine de lin est une alternative performante aux isolants issus du traitement chimique du pétrole. 

Comme la plupart des isolants naturels, la laine de lin a pour intérêt un bilan environnemental et écologique excellent pour sa production, tout en présentant une capacité d'isolation et une résistance à l'humidité très correctes.

 

Laine de lin : sa fabrication

Cultivé annuellement dans un cycle court de moins de 100 jours, le lin nécessite l'usage de peu d'engrais et de produits phytosanitaires

Semé généralement en Mars, en France, le lin arrive à maturité pour atteindre environ 1 mètre de hauteur en juillet, période à laquelle le lin sera récolté. Le liniculteur s'efforce de ne pas couper le lin, car la fibre nécessaire pour fabriquer la laine est présente depuis le bout de la racine jusqu'à la tige. 

Après une période de séchage d’une semaine, le liniculteur procède au rouissage. Durant cette étape, le liniculteur retourne régulièrement la paille pour la séparer des fibres de lin. 

Une fois que la paille de lins est rouie, elle va pouvoir subir un cardage pour démêler les fibres textiles à partir desquelles seront constitués les panneaux ou les rouleaux qui serviront d'isolant thermique.

 

Conditionnement et utilisation

Disponible sous forme de panneaux, mais aussi en rouleaux, la laine de lin peut être installée pour isoler les surfaces planes comme les murs, le plancher ou la toiture intérieure, mais aussi les endroits plus fermés comme les combles, les cloisons ou encore les faux plafonds.

L'installation de laine de lin ne nécessite pas l’intervention d’un professionnel, le lin étant une matière très soyeuse et non irritante pour la peau. 

C'est un isolant qui ne présente aucun danger pour l'homme. Un particulier pourra donc installer lui-même la laine de lin, toutefois, l'aide d'un professionnel reste recommandée pour avoir des résultats thermiques optimaux.

 

Propriétés et performances

Dotée d'une densité de 30Kg/m3, la laine de lin est un bon choix pour isoler les combles et permet d'avoir un confort en été lorsque les températures augmentent. Sa conductivité thermique est estimée entre 0,037W/m.K et 0,042W/m.K. C'est donc un résultat satisfaisant et similaire à un isolant de type polystyrène expansé.

De nature hydrophile, la laine de lin est capable d'absorber l'humidité sans se dégrader, tout en gardant son pouvoir d'isolation. Par ailleurs, la laine de lin possède aussi des propriétés d'isolant acoustique correctes grâce au caractère élastique de ses fibres qui peuvent étouffer les bruits.

Enfin, la laine de lin peut résister aux flammes, à la moisissure et aux insectes lorsque les fibres de celle-ci sont mêlées à des fibres de polyester ou de polymère.

C'est donc un isolant thermique très performant. Cependant, il est fortement recommandé de choisir un produit ayant une certification Acermi (Association pour la certification des matériaux isolants) afin de garantir une bonne qualité du produit.

 

Isolant Laine de chanvre

Laine de Chanvre - Image par NickyPe

Le chanvre est un isolant qui a su se faire une place dans le domaine de l’éco construction. La France est le premier producteur de chanvre en Europe. 

Sa culture ne nécessite ni insecticide, ni herbicide, ni fongicide. La laine de chanvre confère aux bâtiments d’excellentes performances en matière thermique et acoustique.

 

Laine de chanvre : sa fabrication

La transformation commence par la récolte de plants matures de chanvre qui atteignent environ 40 cm de haut. 

Les tiges ainsi coupées sont mises en andain, c'est-à-dire disposées en tas tout le long du champ, et retournées régulièrement pour être exposées à la rosée, au soleil et aux pluies. Cette opération dénommée rouissage permet d’éliminer les pectines qui altèrent la fibre. 

La paille est ensuite collectée lorsque son taux d’humidité avoisine 14 à 18 % pour permettre un défibrage sans protéine. Les tiges sont conditionnées en ballots dans des entrepôts aérés, avant de les décompacter avec un défibreur mécanique qui va dissocier la chènevotte, de son enveloppe externe. 

C’est cette dernière qui constitue la fibre de la laine de chanvre. Afin d’obtenir un matelas souple et résistant, la laine de chanvre est parfois mélangée à des additifs comme de la fibre de jute, du coton, du lin ou de la laine de mouton, le tout lié par du polyester.

 

Conditionnement et utilisation

La laine de chanvre est distribuée dans le commerce en vrac sous la forme de balles de 60 kg de 1 m de longueur et 0,60 m de hauteur et de largeur. 

L’isolant est également proposé en rouleaux, et en panneaux semi-rigides de 1,25 X 0,60 m, dont les épaisseurs varient de 45 mm à 200 mm. 

Des formats spécifiques ont été conçus pour les habitations à ossatures en bois : rouleaux de 100 mm d’épaisseur ayant une largeur de 0,60 m, et panneaux dimensionnés en 1,25 X 0,575 m (épaisseurs de 100 à 180 mm).

Le conditionnement de la laine de chanvre varie selon son utilisation. La laine en vrac est insérée entre les solives et sous les planchers pour l’isolation des combles perdus sans risques de ponts thermiques

Les rouleaux servent aussi à isoler les planchers, ainsi que les rampants et les toitures. Les panneaux semi-rigides ou souples sont destinés aux doublages des murs. Ils sont appliqués sur les sols, les combles habitables et les plafonds. 

Les briques de chanvre qui peuvent atteindre une densité de 300 kg/m³, sont idéales pour les cloisons de studios d’enregistrement ayant des épaisseurs de 10 ou 15 cm.

 

Propriétés et performances

L’isolation au chanvre procure une atmosphère saine et confortable. Ses fibres sont non irritantes, non allergènes, et inodores. L’installation de cet isolant est facile à mettre en œuvre, et sa durée de vie peut atteindre 60 ans

Ce matériau renouvelable et biodégradable est respectueux de l’environnement, car sa consommation en énergie grise est faible (47 kWh/m³).

La laine de chanvre possède de nombreuses qualités : ses capacités d’isolation thermiques sont bonnes avec un lambda compris entre 0,039 et 0,045 W/m.K, et la forte densité de ses rouleaux (25 kg/m³) ou de ses panneaux (25 à 80 kg/m³) lui offre d’excellentes performances acoustiques

D’autre part, elle est très perméable à la vapeur d’eau, et difficilement inflammable (catégorie M2).

 

Isolant : la laine de mouton

Laine de mouton

Particulièrement utilisée dans le domaine du textile, la laine de mouton offre de bonnes performances en sa qualité d'isolant thermique naturel. Malgré un coût relativement élevé par rapport à ses concurrents, c'est un matériau qui a le mérité d'être efficace tout en étant respectueux des considérations environnementales. Il s'agit par ailleurs d'un matériau tout à fait recyclable.

 

Laine de mouton : sa fabrication

La fabrication nécessite plusieurs étapes. La première est celle de la tonte du mouton réalisée généralement au printemps et en été. 

La toison est ensuite collectée et triée en fonction de sa qualité. S'ensuit alors un lavage visant à éliminer les corps étrangers. L'utilisation d'un produit appelé Konservan P10 est particulièrement notable, car il permet de prévenir les infestations de mites. 

La laine passe ensuite par un cardage pour séparer les impuretés des fibres. C'est aussi durant cette phase que du polyester peut être rajouté afin de donner une meilleure résistance mécanique. 

Toutefois, certains fabricants de laine de mouton privilégient un produit à 100% composé de laine. La différence sera dans l'utilisation recherchée par le consommateur.

 

Conditionnement et utilisation

La laine de mouton est très malléable et peut donc être conditionnée sous différentes formes, en rouleaux, en panneau ou encore en vrac

Pour isoler les combles, elle apparaît totalement adaptée lorsqu'elle est achetée en vrac. Tandis que pour isoler les rampants et les murs intérieurs, l'utilisation de panneaux semi-rigides ou de rouleaux de laine sera plus appropriée. 

L'épaisseur recommandée est de 30 à 40 cm pour l'isolation des combles, de 20 à 25 cm pour les rampants, et de 10 à 15 cm pour les murs. La laine de mouton est aussi utilisée pour isoler thermiquement les yourtes.

 

Propriétés et performances

La laine de mouton a la particularité de pouvoir absorber l'humidité jusqu'à un tiers de son poids sans se dégrader et tout en conservant sa capacité d'isolation thermique. 

Sa faible densité (18Kg/m3) et sa conductivité thermique évaluée entre 0,035 et 0,041W/m.K font de la laine de mouton un matériau très souple, mais aussi performant en terme d'isolation thermique. 

Elle n'est cependant pas adaptée pour les installations en extérieur, en sous-sols ou pour les dalles.

Aussi, contrairement à la laine de lin, c'est un matériau qui offre peu de résistance à la chaleur, ce qui peut porter atteinte au confort en été selon le climat du lieu de l'habitation. 

En revanche c'est un matériau qui craint peu le feu surtout lorsqu'il est traité au sel de bore. La quantité d'énergie dépensée pour la fabrication de cet isolant n'est pas très importante comparé aux isolants issus de la chimie du pétrole. 

L'un de ses atouts est donc l'intérêt environnemental et climatique aux dépens du coût qui n'est pas forcément le plus accessible sur le marché.

 

Isolant coton recyclé

Coton isolant

 

Coton recyclé : sa fabrication

Le coton recyclé est un isolant biosourcé considéré comme une solution écologique et durable aux isolants traditionnels employés par le secteur de la construction. 

L’utilisation de cette matière à des fins d’isolation thermique et acoustique est un moyen de réduire l’empreinte carbone des bâtiments d’une part, mais aussi de limiter celle du transport des marchandises et de favoriser en parallèle les circuits courts locaux. 

L’achat d’un isolant en coton recyclé par le consommateur final, contribue à soutenir le recyclage des vêtements et participe à la réinsertion des personnes en difficulté employées par les usines de fabrication. 

La première étape est la récupération de la matière : chutes industrielles de tissus, rebuts dans des ateliers, vieux vêtements en coton collectés par des associations, à des bornes relais. S’ensuit le tri, la découpe ainsi que le nettoyage des matières, avant d’écraser et défaire les fils qui composent le tissu. 

Chaque phase de la production fait l’objet d’une ventilation pour séparer correctement les fils. Pour finir, les fibres recyclées sont assemblées par thermoliaison sous une chaleur de 170°C en forme de rouleaux avant d’être traitées avec des adjuvants comme le sel de bore comme enduit ignifuge, un antibactérien et un antifongique. 

Le produit obtenu est composé à 85 % de coton recyclé, parfois mélangé à des fibres synthétiques, et à 15 % de liant polyester.      

 

Conditionnement et utilisation

Le coton recyclé est proposé en panneau isolant de 60X120 cm, avec une épaisseur variant de 80 à 200 mm, ou en rouleau de 60 cm de largeur et de 340 à 750 cm de longueur avec une épaisseur de 50 à 120 mm. 

Le matériau d’isolation peut être fourni en vrac sous forme de fibres effilochées dans des sacs de 10 kg, à épandre ou à souffler dans des combles perdus. 

Des panneaux de 60X120 cm ou 30X120 cm, avec une épaisseur de 45 mm, sont suspendus dans les lieux qui reçoivent du public comme les salles de spectacle pour l’absorption des sons et la correction acoustique.

Le textile recyclé est utilisé comme isolant thermique, hygrométrique et acoustique pour la rénovation ou pour la construction de bâtiments neufs. La découpe des panneaux ou des rouleaux est facile, et ne nécessite pas d’équipement de protection puisque très peu de poussière est dégagée. 

La souplesse de la matière simplifie la pose contre les murs extérieurs et intérieurs, les planchers, et sous les toitures pour les combles aménagés ou perdus.

 

Propriétés et performances

Le coton recyclé est une fibre à l’avenir prometteur, car son empreinte écologique est bien plus modérée par rapport au coton standard. 

Sa transformation consomme très peu d’eau et n’utilise pas de pesticides. Le coton possède dans sa composition des additifs naturels qui le protègent des moisissures, des champignons et des insectes. 

Le coton recyclé est classé M1 ; il est combustible, mais n’est pas susceptible de prendre feu.       

La durée de vie de cette matière écologique est estimée à 40 ans, et il n’est pas nécessaire de procéder à des remplacements à intervalles réguliers. 

Lorsqu’il est inséré entre deux parois rigides, le coton recyclé permet de réduire les nuisances sonores de 42dB, et d’absorber 95 % des sons grâce à sa texture fibreuse. 

En plus de fournir une isolation durable en hiver, le coton recyclé est très apprécié pour ses qualités de déphasage thermique ; en fonction de l’épaisseur du rouleau inséré sous un toit, la chaleur ne réussit à traverser le coton qu’après 8 à 12 heures.

 Avec un lambda qui avoisine 0,042 Watt par mètre Kelvin, la performance thermique du coton recyclé est exceptionnelle.

Je partage l'article

3

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top