-

Les régionales 2021 vont aussi se jouer sur la question climatique

carte de France

Planète

Les régionales 2021 vont aussi se jouer sur la question climatique

Par la rédaction

Le 09/06/2021 et modifié le 15/10/2021

Longtemps relégué au second plan, le sujet du climat et de l’environnement intéresse de plus en plus les Français. Ce thème constitue de fait l’un des principaux enjeux des prochaines élections régionales, comme le détaille un sondage du cabinet Harris Interactive.

 

 Quand la question environnementale devient une préoccupation régionale

L’enquête de Harris Interactive, commandée par le réseau Action Climat, cherche à connaître l’importance que les citoyens accordent au climat dans leur vote pour les régionales 2021. Les résultats sont particulièrement révélateurs : le thème de l’environnement et du climat sera un facteur déterminant pour la majorité des Français. Toutefois, le sondage fait apparaître de légères variations dans les sujets de préoccupations des répondants.

Pour les habitants des Pays de la Loire, le défi environnemental le plus urgent consiste à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture. 87 % d’entre eux se disent ainsi favorables au développement d’une filière d’élevage durable et d’agriculture biologique. 86 % se prononcent aussi pour la limitation des élevages industriels. Côté consommateurs, la population locale soutient massivement (85%) la proposition de menus bios dans la restauration collective et 60 % souhaitent voir plus de choix végétariens.

Gaz effet de serre elevage

 

En Hauts-de-France, la question énergétique inquiète particulièrement les sondés. 84 % d’entre eux considèrent qu’il est urgent d’améliorer les performances énergétiques du logement durant le prochain mandat régional, surtout pour les ménages les plus précaires. Cette préoccupation ne surprend guère dans une région où plus de la moitié des répondants (56 %) disent avoir du mal à payer leurs factures énergétiques.

Isoler logement

 

En Île-de-France, les citoyens s’inquiètent surtout de la qualité de l’air, considérée comme une priorité pour 88 % des habitants. Selon eux, la réduction de la pollution de l’air dans un territoire fortement urbanisé passe par le développement des réseaux de transports en commun. 68 % des Franciliens souhaitent ainsi diminuer l’utilisation de la voiture individuelle et favoriser les alternatives de mobilité douce, comme le vélo et la marche. Ils réclament aussi une réforme du système de tarification des transports en commun, qui devrait être modulé en fonction des revenus selon eux.

Pollution air

 

Un thème majeur des débats des régionales

Au niveau national, 80 % des Français vont surveiller de près les propositions climatiques des candidats lors des prochaines élections. Cette proportion élevée montre la prise de conscience générale de la population face aux enjeux de la protection de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Les candidats devront composer avec cette nouvelle réalité, où le climat s’invite parmi les questions prioritaires à résoudre aux côtés de l’économie et de la sécurité. Au regard de l’actualité, ce revirement de tendance n’a pas échappé aux responsables des partis politiques. Ces derniers, qu’ils soient de gauche ou de droite, s’efforcent tous de verdir leur programme afin de conquérir l’opinion.

 

Un enjeu essentiel pour les futurs élus

La présence du climat parmi les thèmes majeurs des prochaines régionales n’est pas une surprise. D’abord, les élections de 2021 arrivent à un moment crucial de la lutte contre le réchauffement climatique. 

Durant la crise sanitaire de 2020, les statisticiens ont noté une baisse significative des émissions de carbone dans le monde, sous l’effet du confinement et de la chute du trafic routier. Ce phénomène a beaucoup marqué les esprits et a rappelé le poids oppressant du parc automobile sur les rejets de gaz à effet de serre de la France.

Les régionales 2021 sont les premières élections majeures après le renouvellement et le renforcement des promesses françaises dans le cadre de l’Accord de Paris. Les nouveaux élus devront prouver à la population leur volonté de respecter ces engagements et de placer leur région dans le bon wagon menant vers la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Depuis le passage au format de 13 régions, les responsables locaux ont une plus grande influence sur les décisions concernant les réseaux de transport en commun et l’aménagement durable, entre autres. Ils devront transformer la politique climat de l’État en schéma adapté à leur région, que ce soit en matière d’économie circulaire, de mesures de réduction de la pollution de l’air ou d’amélioration de l’efficacité énergétique du parc immobilier et du parc roulant.

Les élus régionaux, plus proches des citoyens, sont donc en première ligne dans les efforts visant à améliorer la qualité de vie des habitants, en tenant compte des enjeux climatiques, énergétiques et environnementaux propres au territoire. Ce n’est que justice s’ils doivent proposer des mesures concrètes et réalistes dans le volet environnemental de leur programme, pour convaincre l’électorat. 

Espérons juste que ces plans ne restent pas au stade de promesses et se transforment en actions concrètes et bénéfiques pour la population et pour le climat.

 

Je partage l'article

2

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top