-

Hausse des températures : quelles menaces sur la reproduction des espèces ?

Rechauffement climat stérilité - Image par cocoparisienne

Planète

Hausse des températures : quelles menaces sur la reproduction des espèces ?

Par la rédaction

Le 09/07/2021 et modifié le 15/10/2021

Le dérèglement du climat engendre comme on le sait des catastrophes climatiques, comme des cyclones plus nombreux ou la fonte des glaces

Mais cette hausse des températures à d’autres conséquences moins visibles. Elle perturberait la fertilité de certaines espèces animales.

 

Impacts du changement climatique sur la fertilité

Des équipes conjointes de chercheurs issues de plusieurs universités décident de travailler sur les incidences du réchauffement du climat sur une fonction biologique essentielle, la reproduction

Les animaux peuvent en effet s’éteindre définitivement non pas uniquement en cas de chaleur trop élevée, mais aussi lorsque les excès de température entraînent une baisse de leur fertilité les empêchant de se reproduire normalement.      

 Cette stérilité liée à la hausse des températures est importante à prendre en compte dans la lutte contre le dérèglement climatique, car de sa compréhension dépend en partie la conservation des espèces

Pour les chercheurs des universités de Leeds, de Melbourne, de Zurich, de Stockholm et de Liverpool ayant mené cette étude, cette thématique est même capitale, car elle permet de saisir davantage les relations entre le changement du climat et la perte de la biodiversité.


 

Stress thermique : stérilité et mortalité des drosophiles 

Les chercheurs ont décidé de sonder les éventuels effets de la hausse des températures sur la reproduction des drosophiles, ces mouches à fruit régulièrement utilisées par les scientifiques pour leurs expériences.

Dirigée par l'écologiste évolutionniste Steve Parratt de l’Université de Liverpool, cette étude publiée dans la revue Nature Climate Change a observé le comportement d’un panel de 43 espèces de drosophiles mâles subissant un stress thermique.   

De manière concrète, des drosophiles mâles sont placées dans divers environnements exposés à diverses conditions de température, allant de bénignes à mortelles. 

Suite à cette exposition, les mâles survivants sont intégrés dans deux groupes de femelles pendant une semaine, de manière à évaluer les résultats de leur accouplement immédiatement à la fin de leur placement dans ces environnements à température élevée, puis quelques jours après.

Les scientifiques ont alors constaté que les drosophiles sont moins fertiles suite à l’exposition à une chaleur très forte, mais inférieure d’environ seulement 4 degrés par rapport à la température qui leur est mortelle. 

Selon les chercheurs, 11 des espèces observées, soit environ 25 % de la population totale étudiée, sont devenues immédiatement stériles à environ 80 % suite à ce stress thermique. Sept jours  après c’est 44 % et non pas 25% de la totalité des drosophiles qui se trouve infertile.

Ainsi on voit bien que la chaleur peut avoir des effets immédiats, mais également sur le long terme.

Suite à ces observations, les chercheurs ont pu faire des projections. Pour la Drosophila flavomontana d’Amérique du Nord, les scientifiques estiment que plus de 50 % des zones propices à sa reproduction deviendront trop chaudes d’ici 2080. 

Le dérèglement du climat présente ainsi des répercussions multiples, et certaines sont invisibles et inattendues. 

Pour les chercheurs, il est indispensable d’explorer davantage ce sujet de la fertilité afin de connaître plus précisément la situation des espèces animales face au changement du climat.

 

Je partage l'article

2

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top