-

Transition écologique : les salariés veulent plus d'engagements des entreprises

Image par Sarah Richter

TPE/PME

Transition écologique : les salariés veulent plus d'engagements des entreprises

Par la rédaction

Le 27/07/2021 et modifié le 27/07/2021

Les démarches écologiques menées par un employeur influent-elles sur son attractivité vis-à-vis des salariés ? Oui, selon une étude récente du CSA. Cette enquête s’intéresse également aux niveaux d’engagement des entreprises en matière de transition énergétique et à la perception de ces efforts par les employés.

Des salariés très motivés pour se former aux questions environnementales

Lors de son enquête, l’Institut CSA a demandé aux salariés s’ils voulaient bénéficier de plus de formations aux enjeux environnementaux dans le cadre de leur travail. 68 % d’entre eux ont répondu par l’affirmative, une proportion impressionnante compte tenu de la durée et de l’importance de ces formations.

L’Institut constate toutefois un décalage entre le nombre d’employés qui ont exprimé le souhait d’être mieux sensibilisé aux questions écologiques et la part des entreprises qui engagent de telles démarches. 

Aucun programme de formation à la transition écologique n’est en effet proposé aux collaborateurs dans près de 63 % des entreprises.

Si des programmes sont par ailleurs proposés, leur contenu laisse parfois à désirer. Elles s’articulent en effet essentiellement autour des écogestes et de ces petites actions à faire au quotidien pour réduire son empreinte écologique. Les salariés interrogés aspirent ainsi à des formations plus poussées, touchant notamment des sujets sensibles comme la préservation de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique.

Conscients de cette lacune, des salariés ont décidé de se former en dehors de l’entreprise, soit en utilisant leur compte personnel de formation, soit à travers les MOOCs et les cours du soir. D’autres préfèrent agir directement et s’engagent dans des mouvements ou des associations écologistes.

 

Les salariés préfèrent les entreprises engagées en faveur de l’écologie

Selon l’enquête du CSA, les salariés ne se contentent pas de réclamer plus de formations aux enjeux environnementaux à leur employeur. 

48 % des répondants envisagent de changer de travail, dans le but d’exercer un métier qui s’inscrit dans la transition écologique.

La démarche environnementale d’une entreprise est aussi perçue comme un argument déterminant pour la majorité des répondants. Entre deux employeurs équivalents, les postulants préfèrent à 78 % une société qui montre clairement ses engagements en faveur de la transition écologique.

Les engagements en question doivent aller au-delà des simples écogestes encouragés au bureau chaque jour. Sur la question, 64 % des employés disent déjà agir individuellement contre le gaspillage énergétique et les rejets de gaz à effet de serre

90 % de ces salariés « engagés » s’efforcent d’éteindre leur poste de travail à la fin de chaque journée. 88 % trient leurs déchets au bureau et 89 % adoptent des réflexes simples pour réduire les impressions papier. 49 % des salariés interrogés par le CSA travaillent au sein d’une entreprise qui emploie un espace ou une méthode de travail moins énergivore ou qui prévoit d’en utiliser.

 

Le poids grandissant de la transition écologique dans l’esprit des salariés

Les choix et les actions des salariés vis-à-vis des entreprises et de leurs engagements environnementaux ne sont guère surprenants. Ces orientations sont le juste reflet de leur perception de la question écologique. 

Selon l’étude, 91 % des salariés jugent que la transition écologique devrait être considérée comme une priorité par toutes les entreprises françaises.

59 % des répondants reconnaissent le fait que la question environnementale mérite d’être gérée au quotidien dans le cadre de leur travail. Interrogés sur le partage des responsabilités envers l’environnement, les salariés estiment à 34 % que l’État est le principal responsable de la transition écologique

26 % des personnes sondées désignent les citoyens comme les principaux responsables et 18 % désignent les entreprises. 

Ces différences n’enlèvent rien au fait que le sujet de l’environnement et de la transition écologique inquiète la majorité des salariés interrogés par l’Institut CSA. Ce sujet est considéré comme une préoccupation pour 30 % d’entre eux, et constitue même une source d’inquiétude majeure chez 15 % du panel interrogé. 

Ce rapport du CSA a le mérite de confirmer la prise de conscience des travailleurs sur l’urgence d’agir en faveur du climat et de l’environnement

L’information la plus encourageante concerne sans doute la part grandissante de salariés qui prennent l’initiative de se former eux-mêmes aux enjeux environnementaux, sans attendre les directives et les programmes de leur employeur. 

Chez save4planet nous espérons sincèrement que ce côté activiste et engagé se propage dans tout le salariat, ouvrant ainsi le chemin à une mobilisation générale de toute la population active en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et de la conservation de la biodiversité.

 

Je partage l'article

2

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top