-

La Méditerranée se réchauffe : des dégâts importants sur l'écosystème marin

Mer mediterranee

Planète

La Méditerranée se réchauffe : des dégâts importants sur l'écosystème marin

Par la rédaction

Le 07/09/2021 et modifié le 07/09/2021

Les impacts du réchauffement climatique sont désormais bien visibles dans les eaux de la Méditerranée selon un rapport émis par la WWF en juin dernier. Espèces de poissons dévastatrices et maladies exotiques y font des ravages.

 

La tropicalisation de la Méditerranée est en marche

Les eaux de la Méditerranée se réchauffent 20 % plus vite que dans le reste du monde. N’est-ce pas inquiétant ? Malheureusement ce réchauffement a largement favorisé la migration d'espèces de poissons exotiques depuis l'océan indien en passant par la mer Rouge. 

Ce phénomène s'observe surtout dans la partie orientale de la Méditerranée comme l'indique le rapport de la WWF. À titre d'exemple, dans la région s'étendant entre l'Italie et l'Israël, il est de plus en plus fréquent de voir des barracudas, chose rare il y a encore 20 ans. 

Barracuda

Près d'un millier d'espèces exotiques sont désormais recensées dans les eaux méditerranéennes, dont une centaine de poissons. 

 

Des espèces tropicales hautement nuisibles

L'apparition d’espèces exotiques n'est pas sans conséquence sur l'écosystème méditerranéen, puisque certaines sont particulièrement dévastatrices à l'image du poisson-lapin. Présent en grand nombre au large des côtes grecques et turques, ce poisson qui se nourrit presque essentiellement d'algues serait à l'origine d'une diminution de plus de la moitié de ces plantes aquatiques dans la région. 

Indirectement, leur émergence a conduit à la disparition de 40 % des espèces qui s'y trouvaient à l’origine, la zone n'étant plus favorable à leur survie. 

Le poisson-lion aussi est responsable d'importants ravages dans les eaux méditerranéennes. 

Poisson lion

Cette espèce s'attaque aux crustacés et petits poissons endémiques. Ce poisson très vorace crée un véritable carnage parmi la faune locale. 

Ces espèces sont néanmoins comestibles et il est ainsi possible de freiner leur prolifération comme l'indique la WWF dans son rapport. Faut-il attendre encore plus longtemps avant de réagir ?

 

La Méditerranée face à d'autres dangers

En plus des espèces de poissons dévastatrices, la Méditerranée est en proie à d'autres dangers, les maladies. 

Les courants peuvent en effet transporter des pathogènes qui trouvent des conditions favorables à leur prolifération dans les eaux méditerranéennes surchauffées. 

C'est le cas d'un protozoaire qui fait des ravages depuis 2016 parmi les grandes nacres, ces coquillages endémiques de la Méditerranée, dont la taille peut dépasser un mètre. Dans certaines régions côtières comme le littoral corse et espagnol, ce pathogène a exterminé 80 %, voire la totalité de la population de grandes nacres. 

 

Je partage l'article

2

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top